Accueil > Actualités > Revue de presse > TICsanté - Le SIB prêt à tirer le meilleur parti d’Hôpital numérique

TICsanté.com - 14 février 2012 - Le SIB prêt à tirer le meilleur parti d’Hôpital numérique

Cette dépêche parue le 14 février 2012 sur le site TICsante.com   - le journal APM de l'informatique - revient sur le fil rouge des 5èmes Journées des Adhérents du SIB : les progiciels du SIB et le programme Hôpital Numérique .

Le SIB prêt à tirer le meilleur parti d’Hôpital numérique

TICsante.com

PARIS, 14 février 2012 (TICsanté) –  Le Syndicat interhospitalier de Bretagne (SIB) a mis en exergue la  maturité de son offre de progiciels et de services au regard des  exigences du programme Hôpital numérique, à l’occasion des cinquièmes  journées de ses adhérents.Le message a fait office de fil  conducteur tout au long des conférences et ateliers organisés à  Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) les 9 et 10 février: le SIB, ses produits  et ses prestations "sont prêts pour Hôpital numérique et permettent même  aux établissements de santé d’aller assez vite" pour atteindre les  objectifs fixés, a assuré Robert Crépeaux, directeur technique du  syndicat interhospitalier basé à Rennes.
 
 Cette affirmation vaut d’abord pour les cinq "domaines prioritaires" du  programme supervisé par la direction générale de l’offre de soins (voir dépêche TICsanté du 30 novembre 2011 ), qui "sont tous couverts par [nos] produits", a-t-il souligné.
 
 Dans un entretien à TICsanté, le directeur technique du SIB prévoit  toutefois "des adaptations pour aller plus vite dans les déploiements.  (…) Globalement, les fonctionnalités sont là, mais nous irons sans doute  plus loin" pour permettre aux établissements d’atteindre les objectifs  fixés dans les délais impartis.
 
 Néanmoins, lors d’une intervention, le Dr Hervé Menu, anesthésiste au  CHU de Lille (Nord), a rappelé qu’"être prêt seul ne suffira pas" et que  les adhérents du SIB restent "tributaires de l’interopérabilité des  logiciels", en particulier pour la production de résultats "structurés"  d’examens médico-techniques.
 
 Par ailleurs, le SIB s’estime en mesure d’aider ses adhérents à se  conformer aux douze "indicateurs de prérequis" d’Hôpital numérique.  "Nous pouvons fournir des prestations, comme nous l’avons fait pour le  centre hospitalier de Lorient" (Morbihan) en matière  d’identito-vigilance, "pour épurer leur base de données patient [avant  le] déploiement de leur nouveau système d’information", a indiqué Robert  Crépeaux.
 
 L’activité d’hébergement de données de santé est également présentée  comme un moyen de "mettre la qualité de service au niveau où elle doit  se situer par rapport à la continuité des soins", et donc de satisfaire  aux critères de "fiabilité et disponibilité" définis par la tutelle.
 
 La situation serait cependant bien avancée en Bretagne, puisque "dans la  région, il y pas mal d’établissements qui sont prêts, dans la tranche  [comprise] entre 500 et un peu plus de 1.000 lits", a-t-il observé.
 
 En revanche, Hervé Clément, responsable informatique du CH de  Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), a déploré qu’"un projet associant  vingt-trois établissements des Pays de la Loire [ne soit] pas éligible  parce que tous ne sont pas à la hauteur" des prérequis et s’est inquiété  de la difficulté pour tous "d’y arriver".
 
 Interrogé sur ce point par TICsanté, Robert Crépeaux reconnaît que  "certains établissement sont dépendants des plans nationaux"  d’investissement. Ainsi, "les hôpitaux d’Ille-et-Vilaine [Fougères,  Redon, Saint-Malo, Vitré, ndr] n’en seraient pas là sans le plan Hôpital  2012", c’est-à-dire en état de postuler aux aides "à l’usage" d’Hôpital  numérique.
 
 Le SIB lui-même compte sur ce nouveau programme pour catalyser son  développement, à l’instar des précédents. "Nous avons développé Alfa  Lima grâce à Hôpital 2007 et Hôpital 2012 a été un formidable  accélérateur pour Sillage sur la partie production de soins",  retrace-t-il.
 
 A ce jour, le syndicat interhospitalier breton revendique 218 adhérents,  emploie 202 salariés et table sur un budget prévisionnel de 21,6  millions d’euros pour 2012./gb/ar

En savoir plus

Consultez l'article original sur TICsanté.com